Trésors du musée des Jacobins

Publié le par Arc-en-ciel

Trésors du musée des Jacobins

Lors de notre escapade à Auch, nous avons visité le musée des Jacobins. Il occupe le bâtiment de l'ancien couvent des Jacobins, les Dominicains installés en France. C'est un des plus anciens musées de France crée en 1793. Il abrite entre autres la 1ère collection de France d'art sacré latino-américain et la 2ème collection d'art précolombien en France après le musée du quai Branly.

En connaissant assez bien les pièces du musée du quai Branly, j'ai été agréablement surprise de trouver une collection aussi riche de l'art précolombien de l'Amérique Latine pas loin de chez nous, à Auch.

Comment ces pièces précieuses sont-elles apparues à Auch? C'est au XIX siècle que beaucoup d'étrangers partent en Amérique pour voir de leurs propres yeux le Nouveau Monde et profiter de ses richesses. Guillaume Pujos, un auscitain, fait partie de ces chercheurs de fortune. Il parcourt l'Amérique du Sud mais après plus de vingt ans passés sur le continent, il est contraint de retourner en France. Il ramène dans ses bagages quantité d'objets ethnographiques et archéologiques. En 1911 il devient conservateur du musée. A sa mort, en 1921, il lègue toute sa collection à la ville d'Auch.

Un autre donateur, Jean Lions, a passé 30 ans à Lima, capitale de Pérou. Passionné d'art et d'archéologie, il rassemble une grande collection entre 1950 et 1970. En 2005, après la mort de Jean Lions, son épouse fait le don de cet ensemble exceptionnel au musée des Jacobins.

Grâce aux achats et aux donations, le musée a constitué une riche collection permanente. Nous l'avons découverte avec Prince. Il l'a fait à l'aide d'un livret-jeu.

Trésors du musée des Jacobins

Pendant qu'il répondait aux questions concernant un ou plusieurs objets dissimulés parmi toutes les collections du musée, je prenais mon temps dans chaque salle ou il allait pour chercher ce qui était demandé. Au début, j'examinais attentivement toutes les pièces des premières salles visitées mais ensuite il fallait accélérer pour pouvoir tout voir. L'idéal, bien sûr, serait de consacrer une visite à une seule collection pour pouvoir s'arrêter devant chaque pièce exposée..

Trésors du musée des Jacobins
Trésors du musée des Jacobins Trésors du musée des Jacobins Trésors du musée des Jacobins
Trésors du musée des Jacobins Trésors du musée des Jacobins

J'ai déjà vu des objets de l'art précolombien au musée du quai Branly tandis que l'art sacré latino-américain était une vraie découverte pour moi. Dès que les premiers Européens ont débarqué sur le continent américain, la christianisation des indigènes est devenue l'objectif principal de l'Eglise dans ce Nouveau Monde. La Réforme religieuse en Europe ne faisait que stimuler la mise en marche de ce processus. Mais comment évangéliser les autochtones qui sont fidèles à leurs cultes ancestraux? La solution était la séduction par l'image. Pour cela des artistes européens et surtout italiens créent en Amérique Latine des écoles d'art sacré pour former des artistes locaux. C'est ainsi que le Frère Jocodo Ricke, d'origine hollandaise, crée en 1552 une école à Quito en Equateur. Son école est célèbre, notamment, grâce aux statuettes en bois peint.

Trésors du musée des Jacobins Trésors du musée des Jacobins
Trésors du musée des Jacobins

Difficile à croire que ces statuettes de l'Enfant Jésus et de Judith avec la tête d'Holopherne ne sont pas en porcelaine. Leur carnation douce imite parfaitement la peau humaine. Cet effet est obtenu par la superposition de couleurs translucides sur une surface parfaitement polie. Les yeux sont incrustés de pâte de verre.

Mais l'oeuvre qui m'a le plus émue et surprise était une mosaïque de plume mexicaine datant de 1539. Je n'ai jamais rien vu de pareil!

Trésors du musée des Jacobins

Le sujet du tableau est la Messe de Saint Grégoire. Elle représente le pape Grégoire le Grand en train de célébrer la messe avec la vision du Christ en tant qu'Homme de douleur, à la réponse à sa prière pour convertir une personne doutant que, dans l'Eucharistie, le pain et le vin, par la consécration de la Messe, sont transformés en Corps et Sang du Christ, tout en conservant leurs caractéristiques physiques. Ce sujet servait à la dure tâche de la conversion des populations indigènes.

La technique de la plumasserie utilisée dans cette oeuvre est empruntée aux Aztèques. Ils utilisaient les plumes dans les cérémonies religieuses où comme parure de l'élite.

La Messe de Saint Grégoire du musée des Jacobins est particulièrement précieuse et d'une valeur inestimable car elle a été réalisée à la charnière de deux époques: pré- et post- colombiennes. Et aussi parce que c'est le seul tableau de plumes du XVI siècle parmi les 18 dans le monde entier qui est dédicacée en latin.

Le musée possède deux autres tableaux de plume, un desquels est cette La Sainte Trinité entrée au musée en 2013.

Trésors du musée des Jacobins

J'espère que cette présentation brève du musée des Jacobins vous donnera envie d'y aller un jour. En dehors des collections permanentes citées on peut y voir aussi celles de l'Antiquité, du Moyen Age, des Beaux Arts et des Arts et Traditions populaires de Gascogne.

Trésors du musée des Jacobins
Trésors du musée des Jacobins
Trésors du musée des Jacobins
Trésors du musée des Jacobins
Trésors du musée des Jacobins
Trésors du musée des Jacobins

Publié dans Sorties culturelles

Commenter cet article